ray-mont-logistiques:-une-autre-vague-d’inquietude

Ray-Mont Logistiques: une autre vague d’inquiétude

Danielle Métras, présidente de la coopérative d’habitation le P’tit train de Viauville, est inquiète face au projet de Ray-Mont Logistiques.

” data-image-caption=”

Danielle Métras, présidente de la coopérative d’habitation le P’tit train de Viauville, est inquiète face au projet de Ray-Mont Logistiques.

” data-medium-file=”https://journalmetro.com/wp-content/uploads/2021/10/Coop-habitation-inquiete-WEB.jpg?fit=213%2C160″ data-large-file=”https://journalmetro.com/wp-content/uploads/2021/10/Coop-habitation-inquiete-WEB.jpg?fit=413%2C310″>

Les membres de la coopérative d’habitation le P’tit train de Viauville sont inquiet face au projet de plateforme de transbordement de conteneurs de l’entreprise Ray-Mont Logistiques, érigée à quelques pas de leur milieu de vie.

La présidente de la coopérative, Danielle Métras, a fait part de cette inquiétude aux élus de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois et Alexandre Leduc, venus rencontrer le 15 octobre les citoyens du quartier Viauville et les militants du groupe Mobilisation 6600 Parc-Nature MHM.

Présidente depuis deux ans, résidente des lieux depuis mars 2017, Mme Métras est revenue à Montréal à la suite du décès de son conjoint.

«Je me questionnais beaucoup; les logements sont extrêmement chers, et j’aime vivre proche du monde. Dans ces circonstances, une coopérative, c’était un choix idéal pour moi», raconte-t-elle.

Mme Métras apprécie beaucoup son nouveau quartier, notamment pour la proximité des nombreux espaces verts comme le parc Saint-Clément et le Jardin botanique, ou encore des services tels que le marché Maisonneuve, la bibliothèque et la maison de la culture.

La coopérative d’habitation le P’tit train de Viauville — qui célèbre son 15e anniversaire cette année — tiendra son assemblée générale ce week-end, et le projet de Ray-Mont Logistiques est à l’ordre du jour.

Face à l’insécurité ressentie, certains résidents se demandent s’ils doivent quitter la coopérative pour se loger ailleurs, soutient Mme Métras.

« Le bruit et la poussière provoqués par les travaux actuels sont difficiles à supporter. Quand ils ont fait l’asphaltage, personne n’a été averti. Il faisait encore chaud, nos fenêtres étaient ouvertes. On a été empestés par l’odeur d’asphalte pendant deux jours. »

David contre Goliath

Référant à David contre Goliath face à ce projet industriel, un « monstre plus fort que nous », Mme Métras souhaite que les gens du quartier unissent leurs forces « pour se faire valoir ».

En plus des centaines de wagons prévus chaque jour, les membres de la coopérative s’inquiètent de la présence de vermine qui pourrait être attirée par le grain entreposé sur le site.

« C’est une menace au-dessus de nos têtes. »

Mme Métras rappelle que des familles, des femmes enceintes, des personnes âgées et des personnes handicapées habitent à la coopérative. Elle souhaite que la classe politique se porte à leur défense dans ce dossier.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.